Je_suis_Charlie,_Toulouse_8_January_2015_002

08 jan Pour qu’ils aient le choix de rire ou de pleurer

Depuis hier, j’ai les larmes au coin des yeux, elles ne partent pas.

Impuissante, désarmée, inquiète, en colère, émue.

J’ai une page blanche devant les yeux depuis des heures, depuis hier à vrai dire. Je lis des dizaines de billets, articles et caricatures qui me réchauffent le cœur, celui-ci particulièrement « je ne suis pas Charlie ». La liberté est là, partout, le message décuplé, on n’a jamais autant parlé de ce que ces fous ont vainement essayé de combattre. Le dessin de Banksy résume si bien les choses…

Il ne faut pas avoir peur, non, peur de ces fous surtout pas. Se soutenir, se réunir, pas seulement aujourd’hui et demain mais garder cet état d’esprit tout le temps, tous les jours. Rester soudé, garder en mémoire la chance que nous avons d’être libres et continuer à se battre pour ça comme Charlie Hebdo l’a fait. Ils sont si rares, ceux qui savent le faire et qui ont ce courage. Et continuer de rire aussi, surtout.

Non, je n’ai pas peur d’eux, je sais que ces quelques fous ne peuvent pas nous enlever notre liberté si nous restons soudés. Mais j’ai peur de nous.

Saurons-nous encore et toujours savourer et conserver notre « liberté, égalité, fraternité ? ». Toutes ces personnes qui se rassemblent dans la rue, toutes ces bougies qui se consument sur les parvis des monuments emblématiques sont-elles là pour la même raison ? Sommes-nous tous rassemblés pour la liberté d’expression et contre la folie de l’intégrisme, sans amalgame aucun ? Malheureusement j’en doute.

J’ai peur pour mes compatriotes musulmans pour qui le quotidien en France n’est déjà pas toujours facile. Une fois le choc passé, quelles seront les répercussions, les utilisations politiques ? Même pas 24h après ce drame, Jean-Marie et Marine Le Pen ont déjà donné un aperçu de la suite. Ils seront entendus, c’est certains, et écoutés par ceux qui ont peur, je le crains.

Vivre en Egypte m’a ouvert les yeux sur notre douce France, sur la chance que nous avons d’être libres de parler, de rire, de se moquer. Là-bas, pour rire d’un politique ou pire de la religion dans une sphère privée, il faut prendre de sacrées précautions et être en totale confiance avec votre interlocuteur, sinon… Les services secrets et la police égyptienne sont réputés pour être parmi les plus durs et « efficaces » au monde. À ce stade, ne parlons même pas des médias. La peur est reine. Je ne reviendrai pas sur le sujet du véritable fiasco du printemps arabe, j’en ai déjà parlé dans d’autres billets. Des milliers de personnes sont mortes pour la liberté, mais le poids de la peur et de la folie religieuse continue à les écraser, à les réduire au silence, à l’angoisse, à la mort, chaque jour. Il y a à peine cinquante ans, le Caire ressemblait à Paris. Les égyptiens y étaient libres : cinéma, télévision, danse, sorties, bars… la vie y était douce et culturellement riche pour les hommes comme pour les femmes. Mais le poids de l’intégrisme religieux s’est imposé dans les sphères les plus puissantes de la société, dans les médias, lentement, discrètement, solidement. Les égyptiens ont finalement perdu la parole, et la liberté de rire par la même occasion. L’Egypte est devenue un magnifique tableau vitré, beau à regarder mais figé, qui ne peut que s’altérer avec le temps.

La liberté est tellement précieuse et tellement fragile, si nous la perdons une fois, nous ne saurons peut-être pas la retrouver. À nous qui sommes parents, faisons en sorte que nos enfants vivent librement, dans la paix. Qu’ils aient le choix de rire ou de pleurer, de discuter, de débattre, de s’offusquer. Sauvons notre liberté puis soutenons ceux qui l’ont perdue pour récupérer la leur, ensemble nous le pouvons.

L’homme est capable du pire comme du meilleur, à nous de choisir.

liberté expression charlie hebdo

 

2 Commentaires
  • Diane
    Posté à 14:41h, 08 janvier Répondre

    J’ai découvert ton blog ce matin et je ne suis pas déçue quand je lis ce très beau post…

    • Mes_basques
      Posté à 15:29h, 08 janvier Répondre

      Merci beaucoup Diane pour ces quelques mots, heureuse de t’accueillir parmi mes lecteurs ;-)

Postez un commentaire