Mon premier hiver au Pays Basque

On nous avait prévenu : « t’emballes pas, le Pays Basque c’est sympa mais vous verrez, il pleut TOUT LE TEMPS ». On savait bien que ça n’était pas qu’une légende, que certes nos amis étaient jaloux (et bien évidemment dégoûtés de nous voir partir… non les chevilles ça va) mais qu’il y avait un fond de vérité.

Tout ça, c’était sans compter sur L’HIVER 2012-2013, le plus pluvieux depuis 1925 au Pays Basque (paraît-il). D’une certaine façon ça nous rassure un peu, parce qu’on se dit qu’on a peu de chances de revivre la même chose avant 75-80 ans, et que si on a supporté ça sans devenir neurasthénique  alors les prochains hivers seront paradisiaques !

Ceci dit, quand tu vis plusieurs mois sous une pluie intense, voilà quelques anecdotes qui agrémentent ton quotidien :

-          Tu dois avoir plusieurs manteaux/imperméables, paires de chaussures de rechange, car chaque paire mettra bien une journée à sécher

-          Tu dois investir dans un sèche-linge, car autrement tu seras condamné à porter des vêtements sales, ou humides, en attendant le retour du soleil pour faire une lessive et laisser sécher ton linge au « soleil » (de toute façon tu commences à croire que ce jour n’arrivera plus jamais).

-          Prends soin de ta voiture : enlève la mousse qui commence à pousser à l’extérieur (véridique), soulève ton tapis de sol de temps en temps car la moisissure s’y installe rapidement (le tapis ne séchant jamais), pousse le chauffage à fond régulièrement avant que ça ne sente trop fort le bouc humide. Seul avantage : pas besoin de laver l’extérieur de ta voiture de tout l’hiver !

-          Tu commences à avoir des pensées étranges, du style : les oiseaux peuvent-ils moisir s’ils ne sèchent pas pendant plusieurs semaines (pensée émue pour eux qui ont dû vivre un vrai cauchemar…) ?  C’est normal.

-          Tu dois avoir plusieurs bonnes séries à suivre, un stock monumental de bons films, et regarder régulièrement des vidéos où des gens vivent au soleil (pour ne pas oublier, garder espoir et continuer à rêver).

-          Nettoie et sèche (au sèche-cheveux) régulièrement tes sacs à main et chaussures en cuir qui sont particulièrement sensibles à l’humidité et moisissent en un rien de temps (bon, on habitant à côté d’un cours d’eau, ça n’arrange peut-être pas les choses).

Voilà un petit échantillon. Et surtout, ne pas perdre espoir quand tout le monde te dit que l’été sera forcément pourri aussi (en te sortant un paquet d’explications scientifiques qui ne laissent aucun doute sur la véracité de l’info…) : après un hiver dans le lave-linge, voilà l’été dans le sèche-linge !

Malgré tout, nous avons donc survécu à notre premier hiver basque, et on avoue même qu’on aimerait bien un petit orage de temps en temps (sans trop oser le demander…), histoire de faire baisser la température estivale (mais rétrospectivement, si je m’entendais je me foutrais bien une paire de baffes).

Leave a Reply