On the road

outsiders krew Indonésie

13 fév Share the word : interagir à travers l’art

« Share the Word », voilà un joli nom pour un coup de cœur. Un de ces projets qui nous rappelle qu’il se passe de belles choses sur notre planète. C’est l’histoire de Seb Toussaint (graffeur) et Spag (photographe), deux amis qui ont fait le tour du monde à vélo. Pendant leur voyage, ils ont pris conscience que les lieux qui les intéressaient le plus, ceux qui les touchaient réellement étaient rarement les sites touristiques, mais les villages, zones industrielles ou quartiers défavorisés à la périphérie des villes qu’ils ont traversé. C’est là qu’ils ont fait les plus belles rencontres, et c’est pour mieux retourner là-bas qu’ils ont créé le collectif « outsiders krew » en 2013.

Interagir à travers l'art

À leur retour en France, ils ont eu envie de repartir dans ces lieux qui les ont marqués. De cette envie est né le projet Share the Word pour leur permettre d’interagir avec ces communautés à travers l’art.
Lire la suite
voyage blog couple

10 fév Un nouveau design pour un nouveau départ  

Il est beau, il est frais, il a du style : revoilà le blog avec un nouveau design ! En réalité, il ne s’agit pas que d’un relooking mais bien d’un nouveau départ. Un nouveau blog pour une nouvelle vie, en quelques sortes.

Au fait, pourquoi ce blog ?

Le blog est né il y a un an et demi, pendant mon congés maternité, quelques jours avant la naissance de mon fils. Autant vous dire qu’après l’avoir créé, je n’ai pas beaucoup rédigé pendant au moins six mois. J’ai repris le boulot rapidement et je n’avais réellement pas le temps ni la motivation de vous parler de voyages. Mais malgré tout, j’avais posé les premières pierres, il fallait juste attendre le bon moment pour s’y mettre.
Lire la suite
moqattam egypte

23 jan Trier et prier : le crédo des coptes du Caire

Comme tous les matins, au Caire, pas besoin d’un réveil. Les cloisons sont fines et dès l’aube les milliers de mosquées chantent es-sobh, la première prière du jour (en décalage, sur un ton différent, avec le volume sonore maximum pour dépasser le son du muezzin voisin). La circulation reprend alors son cycle infernal. Voilà le Caire, Al-Qāhira, La Victorieuse, la plus grande ville d’Afrique et du Moyen-Orient avec ses seize million d’habitants, la dixième plus grande mégalopole du monde, une fourmilière géante. Pour moi, les pyramides ne sont presque qu’un détail dans cette ville à la fois incroyable et insupportable. Ce matin, je me lève perplexe dans mon vieille hôtel du côté de la place Tahrir. J’ai rendez-vous avec Ali à 8h pétante. Il fait partie des 8 millions de coptes d’Egypte et son quotidien n’est pas toujours réjouissant à cause des nombreuses tensions inter-religieuses. Il a peur mais il n’a pas fui l’Egypte, pas encore. Ce matin, il m’a proposé de me montrer son quartier, sa maison, sa vie. Car Ali vit dans le quartier du Moqattam, au pied de la colline du monastère Saint-Simon, là où vivent également les quelques 15 000 chiffonniers du Caire.
Lire la suite
Je_suis_Charlie,_Toulouse_8_January_2015_002

08 jan Pour qu’ils aient le choix de rire ou de pleurer

Depuis hier, j’ai les larmes au coin des yeux, elles ne partent pas. Impuissante, désarmée, inquiète, en colère, émue. J’ai une page blanche devant les yeux depuis des heures, depuis hier à vrai dire. Je lis des dizaines de billets, articles et caricatures qui me réchauffent le cœur, celui-ci particulièrement « je ne suis pas Charlie ». La liberté est là, partout, le message décuplé, on n’a jamais autant parlé de ce que ces fous ont vainement essayé de combattre. Le dessin de Banksy résume si bien les choses… Il ne faut pas avoir peur, non, peur de ces fous surtout pas. Se soutenir, se réunir, pas seulement aujourd’hui et demain mais garder cet état d'esprit tout le temps, tous les jours. Rester soudé, garder en mémoire la chance que nous avons d’être libres et continuer à se battre pour ça comme Charlie Hebdo l’a fait. Ils sont si rares, ceux qui savent le faire et qui ont ce courage. Et continuer de rire aussi, surtout.
Lire la suite
croisière Nil felouk

18 déc Voiles sur le Nil

Imaginez...

Vous êtes allongés sur un matelas bien moelleux, la tête confortablement posée sur un oreiller. Vous sentez la brise souffler dans vos cheveux. Elle est douce, presque chaude. De temps en temps, les rayons du soleil viennent se poser sur votre visage. Vous entendez le clapotis de l’eau et le chant des oiseaux, parfois entrecoupés par celui du Muezzin, au loin. Une bonne odeur de légumes frits parvient à vos narines. Ce n’est pas encore l’heure de manger mais vous savez déjà que vous allez vous régaler avec un repas aux saveurs orientales. Pourtant, Abdallah (ou Mohamed, ou Mahmoud si vous préférez) cuisine uniquement avec un réchaud, une casserole et une poêle dans un espace de moins de 2 mètres carrés. Un exploit. En attendant de remplir votre estomac, vous allez nourrir vos yeux. Vos paupières s’ouvrent.
Lire la suite